Retrouvez dans cet article les sorties de la semaine en :

  1. Pocket
  2. 10-18

…Bonne lecture…

#Pocket

  • Richard coeur de Lion de Mireille Calmel

Le 6 juillet 1189, Henri II Plantagenêt, roi d’Angleterre, s’éteint en son château de Chinon. Aliénor d’Aquitaine est enfin libre et Richard, son cher fils, reconnu héritier légitime de la couronne. Pour asseoir son pouvoir et triompher des complots, il aura besoin de toute l’habileté politique de sa mère.
Car l’esprit chevaleresque de celui que l’on appelle Coeur de Lion se tourne déjà vers l’Orient, et Jérusalem prise par le sultan Saladin. Pour le soutenir dans sa croisade, il porte les trois épées légendaires : Excalibur, Marmiadoise et Durandal. Mais leur puissance est convoitée…

  • L’enfant de calabre de Catherine Lacandro

Lorsqu’elle pousse la porte de l’agence de détectives privés Azur Enquêtes, Frédérique a en main une photo. Celle de son père, ancien combattant d’Indochine. Il y figure en compagnie d’une inconnue. À Nice, ville de son enfance, elle espère retrouver la trace de cette femme blonde au teint pâle et au sourire timide. Mais, à trente-neuf ans, ce qu’elle souhaite bien plus encore c’est découvrir qui était ce légionnaire secret. Quitte à reconstruire son roman familial. Dans un labyrinthe de souvenirs, Frédérique convoque ses aïeux et entrecroise trois générations marquées par la douleur et l’injustice.

  • rescapé de Sam Pivnik
  • Une année à Venise de Lauren Elkin

Venise, cité sinueuse, est un labyrinthe imprévisible.
Et Catherine Parrish, jeune New-Yorkaise angoissée par son mariage imminent, entend bien s’y perdre. Au prétexte d’une thèse en histoire de l’art, la voilà débarquée dans la Sérénissime, goûtant chaque ruelle, chaque canal, chaque campo reculé avec émerveillement. La découverte d’une synagogue secrète et oubliée, ainsi que la rencontre de Marco, gondolier tourmenté, vont l’initier aux arcanes de la ville jaillie de la mer, la forçant à sortir des sentiers touristiques et rebattus.
Ainsi que des routes trop balisées de sa propre existence..

  • Les saisons et les jours de caroline Miller

La nature est hostile dans le Sud des États-Unis, au début du XIXe siècle. Les saisons dictent leurs lois et les jours sont rythmés par le rude labeur de la terre. C’est pourtant ici que les Carver, venus de Caroline, ont décidé de s’installer. Ici que la jeune Cean va fonder son foyer avec Lonzo Smith.
Ils n’ont pour toute richesse que leurs mains, leur opiniâtreté et leur amour. Et ni la vie, ni le fracas de l’histoire ne les épargnera…

  • Une certaine idée du bonheur de rachel Kadish

Seule, en pyjama, sur son canapé, Tracy lit, Tracy écoute.
Jeune universitaire new-yorkaise, elle lit des chefs-d’oeuvre pour prouver que non, le bonheur n’est pas fade et sans intérêt, comme voudraient le faire croire la plupart des grands écrivains.
Bonne amie, elle écoute Yolanda et les autres lui confier leurs peines de coeur dues à des hommes de 15 ans de plus, 15 cm de moins, sans cheveux mais pourvus d’une épouse – preuve pour elle que non, une femme de 30 ans ne doit pas se caser à tout prix.
Jusqu’à sa rencontre avec George… qui va la forcer à quitter son poste douillet d’observatrice.

  • Francesca : empoisonneuse à la cour des Borgia de Sara Poole

 

#10-18

  • A l’aveuglette de Patricia Wentworth

Flossie Palmer travaille depuis peu dans les cuisines du 16 Valley Street. C’est sa responsabilité de veiller à ce que les plateaux soient montés chez Mlle Rowland en respectant un horaire scrupuleux. Mais son emploi n’aura duré que quelques heures avant qu’elle se retrouve à courir dans les rues brumeuses de Londres, son coeur battant la chamade, n’osant s’arrêter de peur d’entendre les bruits de pas qui peut-être la suivent. Alors qu’elle explorait le salon de la grande maison, un miroir de six pieds s’est déplacé pour révéler un trou béant – et de l’obscurité, a surgi le visage ensanglanté d’un homme…
Un inédit de la reine du roman à énigme, auteur d’une célèbre série mettant en scène Miss Silver, une délicieuse vieille dame douée d’un don d’observation sans égal qui deviendra l’archétype du armchair detective.

  • Moi, j’attends de voir passer un pingouin de Geneviève Brisac

Un livre, c’est d’abord une voix. Ici celle d’une femme qui tient chronique des jours qui passent en songeant, comme le faisait Gauguin, qu’on se fout de la réalité. De toutes manières, la vie est si pleine de choses redoutables.

Surgissent une femme de ménage- Céleste- qui porte le même prénom que celle de Marcel Proust, un fils rebelle, un lapin nain nommé Grateful, un rat frileux, des buffles, un chat impossible à abandonner, sans oublier Flush, le seul épagneul immortalisé par Virginia Woolf.

Et ce n’est plus un livre mais une fable urbaine et légendaire, ou bouillonne notre condition humaine.

  • Miss Silver entre en scène de Patricia Wentworth

Après de nombreuses années, James Lessiter retourne sur le domaine de Lenton pour exiger qu’on lui rende les terres familiales. C’est sans compter que sa venue en dérange plus d’un. Aussi, quand il est retrouvé sans vie, battu à mort à l’aide d’un tisonnier, Miss Silver, en visite chez un ami des environs, a plus de suspects qu’il n’en faut pour boucler son enquête.

  • Le baiser, peut être de Belinda Cannone

Geste universel, gage d’amour ou de reconnaissance, le baiser exprime autant qu’il suscite. En le mettant à l’honneur d’un dialogue à trois voix qui évoquent souvenirs, rituels et philosophie, Belinda Cannone fait se rejoindre les émotions et les sens, explorant avec subtilité les facettes d’une des plus belles manifestations de l’humanité.

« Tel un papillon le baiser volette d’un sens à l’autre. Il fallait une femme, fine, cultivée et coquine comme l’auteure pour en détailler avec autant de charme les nuances. » Evelyne Bloch-Dano, Marie-Claire

  • Au début de françoise Bigaudeau

Au commencement était la grossesse, le ventre rond, empli de vie, gros de promesses. Mais aussi d’appréhensions, de réflexions, de souvenirs… Car l’attente de l’heureux événement engendre une foule de sentiments et de mouvements contradictoires et c’est pour les futurs parents l’occasion, souvent, de faire le point sur leur propre existence.

Avec Au début François Bégaudeau nous entraîne dans l’infini mystère de la gestation et signe un magnifique recueil de récits pleins de suspense, d’humour et d’amour sur la maternité.

 

Tous les livres sur NousLisons.fr

Publicités