Bonne année à tout le monde !!!!!!

#LeLivredePoche

  • Délivrance de Jussi Adler-Olsen

Une bouteille jetée à la mer, repêchée et oubliée dans un commissariat des Highlands. A l’intérieur, un appel au secours écrit en lettres de sang et en danois. Lorsque le message échoue au Département V de la police de Copenhague, chargé des dossiers non élucidés, les années ont passé. L’imprévisible Carl Morck, Assad, son assistant syrien au flair infaillible, et Rose, la secrétaire punk, vont-ils prendre au sérieux ce SOS ?

  • Journal d’un écrivain en pyjama de Dany Laferrière

« Le pyjama est un étrange habit de travail. » C’est sur son métier que Dany Laferrière a choisi d’écrire dans Journal d’un écrivain en pyjama. Après trente ans de publications, il livre cent quatre-vingt-deux chroniques, comme il les appelle, où se mêlent réflexions, anecdotes, pensées. Avec la désinvolture qui caractérise son style, l’écrivain propose des conseils – « Comment débuter une histoire », « La description d’un paysage », « La mémoire de l’enfance » –, tout en partageant avec le lecteur son expérience et son goût pour la littérature. Une manière aussi de communiquer sa reconnaissance à ceux qui l’ont accompagné dans son parcours d’écriture : Homère, Borges, García Márquez, Capote… et puis tous les anonymes.

  • L’empreinte de toute chose d’Elizabeth Gilbert

Alma Whittaker naît avec le XIXe siècle, à Philadelphie, d’un père anglais qui a fait fortune dans le commerce du quinquina et d’une mère érudite d’origine hollandaise. À leurs côtés et au contact des éminents chercheurs qui gravitent autour d’eux, Alma acquiert une intelligence éclectique et la passion de la botanique. Elle grandit animée d’une soif d’apprendre sans pareille, qui la poussera à explorer le vaste monde, la nature, la société dans laquelle elle vit… et son propre corps – de l’infiniment grand à l’infiniment petit. L’auteur du best-seller Mange, prie, aime nous raconte ici, des bas-fonds de Londres en passant par Tahiti ou les cimes des Andes, le siècle kaléidoscopique qui voit jaillir l’esprit des Lumières. Sa plume est vive, insolente, savante et non dénuée de romantisme : à l’image de son héroïne.

  • L’enfant de l’étranger d’Alan Hollinghurst

Tout commence en 1913, dans le jardin de la maison de campagne des Sawle dans le Middlesex. Etudiant à Cambridge, le timide George Sawle a invité aux Deux Arpents un de ses camarades, l’aristocratique et énigmatique Cecil Valance. Ces jours dans la maison familiale et le poème qu’ils inspirent à Cecil vont changer leur destin. Et plus encore celui de Daphné, la sœur de George. En ce printemps où rien n’annonce les proches bouleversements de l’Histoire, un pacte se noue secrètement entre les trois jeunes gens, point de départ d’une fresque saisissante à travers le XXe siècle, par l’un des plus grands romanciers anglais contemporains.

  • La nuit en vérité de Véronique Olmi

Liouba vit avec son fils dans un grand appartement de la rue de Rivoli, déserté par ses propriétaires toujours en déplacement, où elle est femme de ménage. Élève en sixième, Enzo est le bouc émissaire de ses camardes. Trop différent, trop gros, trop silencieux. Bientôt, le harcèlement scolaire devient lynchage, et la vie du collégien bascule… À travers la relation forte et fragile entre une mère trop jeune et un fils au seuil de l’adolescence, qui vivent chacun à leur façon l’expérience de l’exclusion et de la détresse intérieure, Véronique Olmi renoue avec la tension narrative de Bord de mer, cette amplitude romanesque où la retenue, l’émotion et la brutalité forment une ronde parfaite. À la fois réaliste et poétique, La Nuit en vérité nous conduit avec talent vers la lumière. Évelyne Bloch-Dano, Le Magazine littéraire.

  •  McBeth de William Shakespeare
  • Né pour être sauvage d’Alexis Aubenque

Sur sa Harley-Davidson rutilante, Ryan Bonfire, membre des Hells Angels, a quitté San Francisco pour Seattle. Ancienne étoile montante du rock au passé trouble, après quinze ans d’absence, il revient – tatouages, crane rasé et muscles en béton – pour se venger. Le jour de son retour, la petite amie d’un policier est agressée et grièvement blessée. C’est l’occasion pour le capitaine Mike Logan de reformer son duo de choc, les lieutenants Angeline Rivera et Dean Nelson. Une affaire bien plus sombre qu’il n’y paraît et qui les amènera à croiser la route tortueuse de Bonfire…

  • Notre espion en Amérique d’Arnaud Delalande

Le James Bond du XVIIIe siècle, Pietro Viravolta – espion de Louis XIV – est jeté avec le marquis de La Fayette dans la tourmente de la Guerre d’indépendance. Aux côtés de George Washington et des Américains, il va livrer un combat sans merci aux services secrets du roi d’Angleterre, à l’heure d’un renversement qui, avant la Révolution française, va encourager le droit pour tous à la liberté, à l’égalité et à la recherche du bonheur. Des antichambres de Versailles aux immenses plaines d’Amérique, de l’entourage du monarque français à l’intimité de Washington, des guerres de coulisses aux batailles épiques, voici, comme si vous y étiez, la naissance d’une nation – et celle d’un nouveau monde.

  • Sunset Park de Paul Auster

Parce qu’il s’est toujours senti coupable de la mort accidentelle de son demi-frère, Miles s’est banni de sa propre histoire. Il a quitté sa famille, abandonné ses études, et travaille, en Floride, à débarrasser les maisons désertées par les victimes des subprimes. Amoureux d’une fille trop jeune, passible de détournement de mineure, il est obligé de partir. Il trouve refuge à Brooklyn où son ami Bing Nathan squatte une maison délabrée avec deux jeunes femmes. Désormais Miles se trouve géographiquement plus proche de son père, éditeur indépendant qui tente de traverser la crise financière et de préserver son couple. Il n’attend qu’une occasion pour renouer avec son fils, mais ignore que certaines blessures sont inguérissables… Un roman sur l’extinction des possibles dans une société aussi désorientée qu’elle est démissionnaire et où la violence s’est substituée à l’espoir.

  • Une chanson douce de Mary Higgins Clark

Kate gît, inconsciente et grièvement brûlée, sur un lit d’hôpital. La jeune femme a réussi à échapper aux flammes qui ont ravagé, en pleine nuit, la manufacture familiale de meubles anciens et le bâtiment attenant où étaient stockées de précieuses antiquités. Simple accident ? Pour la police qui enquête sur la l’explosion à l’origine de l’incendie, Kate est suspecte : que faisait-elle là à une heure si tardive, elle qui travaille aujourd’hui pour une des plus grandes sociétés d’audit ? Pour innocenter sa sœur, Hannah est décidée à aller chercher sous les cendres la clé de cette inquiétante énigme. Au risque de découvrir un dangereux secret… La douce mélodie du passé devient vite entêtante quand la reine du suspense nous entraîne au cœur d’un fascinant mystère familial, hanté par un tueur sans scrupules.

  • Vie de merde, la totale

Véritable phénomène depuis 2008, Vie De Merde c’est 10 millions de témoignages, 50 000 anecdotes publiées et 3 milliards de visites… provenant de 236 pays ! Alors il était temps d’offrir « la totale » : une grosse dose d’inédits (dont les redoutables « impubliables »), la crème de la crème du site (les anecdotes insolites, les histoires cultes, les meilleurs commentaires) et les dessins d’illustrateurs très tendance. Une Totale présentée au fil des âges de la vie, des premières amours aux joies de la vie en couple, des années d’études aux petits malheurs du boulot, jusqu’aux actes déroutants des grands-parents…

  • Week-end surprise d’Agnès Abécassis

Elle, c’est Brune. Lui, c’est Léonard. Ils s’adorent, en toute amitié. Enfin, Léonard l’adore, mais Brune n’y voit que de l’amitié. Elle, c’est Prunelle, l’amie de Brune. Par mail, elle vient de rencontrer Simon, carrément odieux. Il la provoque, elle l’envoie bouler. Ça aurait dû en rester là. Mais le net permet parfois l’éclosion de bien étranges relations… Eux, ce sont Nestor et Noé, les jumeaux de Brune. Deux ados bourrés d’humour et de repartie… Une semaine dans la vie d’une femme, entre crises de nerfs, crises de rire et crise tout court. Une comédie hilarante et tendre, à emmener avec soi en week-end !

  • Yeruldelgger de Ian Manook

Rude journée pour le commissaire Yeruldelgger Khaltar Guichyguinnkhen. A l’aube, il apprend que trois Chinois ont été découpés au cutter dans une usine près d’Oulan-Bator. Quelques heures plus tard, dans la steppe, il déterre le cadavre d’une fillette aux boucles blondes agrippée à son tricycle rose. Il y avait la Suède de Mankell, l’Islande d’Indridason, l’Ecosse de Rankin, il y a désormais la Mongolie de Manook !

Une maîtrise époustouflante pour le polar le plus primé et le plus dépaysant de tous les temps. Yeruldelgger est le seul polar triplement récompensé : le prix des lecteurs Quais du polar/20 minutes, le prix SNCF 2014 et le prix des lectrices de Elle (polar).

#J’aiLu

pas de parution cette semaine

 

 

Tous les livres sur NousLisons.fr

Publicités