La semaine dernière, je n’ai pas eu le cœur de faire paraître d’article. Tout ce qui s’est passé m’a bouleversée et fort attristée.

Comment peut-on en arriver là ? Dans un pays qui est le nôtre ?

Protégeons nous, protégeons nos enfants et nos proches du déluge qui est en train de s’abattre sur nous. Je ne sais pas si nous, citoyens et citoyennes de ce pays nous pouvons agir à notre échelle, nous n’en avons certainement pas le pouvoir. Les politiques oui. Mais sauront-ils régir comme il se doit, comme il faut, à la hauteur du chantier et du combat à mener ? Je ne sais pas, j’espère mais je doute fortement.

La tolérance zéro existe ailleurs, pourquoi pas ici ? Des économies sont faites sur nos moyens publics. Mais nuançons les ! Certes on peut sans doute supprimer certains postes mais dans un contexte comme celui la, en étant conscient de toute la montée en puissance de ces gens là, il faut créer de l’emploi sur des postes clefs de nos ministères publics. Mais cela reste une opinion personnelle…

Je travaille sur Paris et je ne suis pas rassurée. On peut partir le matin et ne pas rentrer le soir.

Je pense à tous ces innocents, inconnus, connus, qui ont perdu la vie la semaine dernière et les mois précédents soit parce qu’ils étaient là au mauvais moment soit parce qu’ils étaient dessinateurs, journalistes ou autres et qu’ils exerçaient leur métier.

Je pense également à toutes ces futures victimes, en France ou ailleurs, qui subiront le même sort…

Voilà, je tenais à m’exprimer cette semaine sur chacun des articles que je vais faire paraître.

*******

Retrouvez maintenant les sorties de la semaine en  :

1. Pocket

2. 10-18

 

…Bonne lecture…

 

#Pocket

  • Les Borgia de Claude Mosse

Il leur aura fallu moins d’un demi-siècle pour étendre leur pouvoir sur le Vatican. Maniant l’argent et le poignard, les alliances et le poison, Alonso Borgia a été sacré pape sous le nom de Calixte III ; son neveu Rodrigue marche dans ses pas et s’empare de la tiare ; César, le fils adoré de celui qui est devenu Alexandre VI, réussit la prouesse d’incarner à lui seul tous les vices et turpitudes de sa célèbre famille.
Ayant appris son illustre naissance, mais toujours dans l’ombre de cette dynastie dévoyée, Vicente n’aspire qu’à rendre à l’Église son aura et sa moralité. Mais pour l’heure la chair et le sang sont plus puissants que la foi…

  • Et si on arrêtait de se mentir d’Erwann Menthéour

Cycliste professionnel de 1994 à 1997, année ou il a remporté le Coupe du Monde par équipe, Erwann Menthéour est aujourd’hui fondateur de la méthode « fitnext » et chroniqueur pour M6 dans l’émission 100 % Mag.

Vous pensez que le gras fait grossir ? Que le lait est votre partenaire santé ? Que les régimes et le footing font maigrir ?
Détrompez-vous ! Fort de son expérience de coach sportif, Erwann Menthéour lève le voile sur les idées reçues et apporte de vraies réponses à ces questions.
Explications scientifiques, méthodes sportives et conseils concrets à l’appui, Erwann Menthéour donne, avec humour et sincérité, les clés de la réussite pour retrouver un corps sain et énergique

  • Apprentissage de la méditation de Sharon Salzberg

Sharon Salzberg, spécialiste reconnue de la méditation, a cofondé avec Jack Kornfield et Joseph Goldstein l’Insight Meditation Society. Elle est régulièrement publiée dans Le Huffington Post et dirige des retraites de méditation dans le monde entier.

Si vous savez respirer, vous savez méditer ! S’appuyant sur plus de 30 ans de pratique en tant qu’enseignante, Sharon Salzberg développe ici une méthode pour apprendre à méditer en 28 jours.
Avec des exercices simples et adaptés aux contraintes de la vie moderne, elle nous montre comment travailler son souffle et atteindre la pleine conscience. Un guide lumineux et rassurant pour apprendre à relativiser ses angoisses et son stress, résoudre ses problèmes personnels et professionnels, et vivre enfin dans la plénitude

  • 101 raisons d’être optimiste d’Eduardo Punset

Après une formation en droit et en économie, Eduardo Punset a été chroniqueur pour la BBC et The Economist. Aujourd’hui à la tête d’un magazine et d’une émission scientifique, il donne également un cours de « Sciences, technologie et société » à l’université Ramon-Llull (Barcelone).

Et si nous avions tort de nous lamenter ? Et si demain, nos enfants vivaient mieux que nous ? Avec optimisme et précision, Eduardo Punset nous redonne ici confiance en l’avenir. Raisonné et argumenté, son livre rassemble les données les plus précises sur la médecine, l’éducation, les neurosciences ou la justice, montrant l’incroyable fécondité de l’époque et les promesses de l’avenir. Une société plus heureuse, plus sûre et plus paisible est possible. Un livre à lire et à faire lire à tous ceux qui doutent.

 

#10-18

  • Mort en été de Benjamin Black
  • Clandestines de Zoé Ferraris
  • Les dépossédés de Steve Sem-Sandberg

Le ghetto de Lotz, créé en 1940, deviendra la plus grande ville-atelier de Pologne. À sa tête, Chaïm Rumkowski, directeur tyrannique et pédophile, reste un monstre pour les uns, un héros pour les autres. En nourrissant son roman de l’exigence historique, Sem-Sandberg pénètre les flous et les interdits afin de cerner ce personnage controversé, dont les paradoxes n’autorisent pas toujours de réponses..

  • Hollywood Monsters de Fabrice Bourland
  • Le journal de Polina de Polina Jerebtsova

1999, début de la seconde guerre russo-tchétchène. Polina Jerebtosva a quatorze ans, l’âge d’Anne Frank, lorsqu’elle écrit les premières lignes de son journal. Cernée par la peur, la faim et les éclats d’obus qui lui criblent la jambe, l’adolescente réussit pourtant à grandir et à sauver ces instants de joie ou la vie triomphe. Un témoignage magistral du quotidien sous les bombes de Grozny.

  • Un cadavre de trop d’Ellis Peters
  • Sous un ciel qui s’écaille de Goran Petrovic

Kraliévo, petite ville serbe. Sous sa voûte étoilée, l’« Uranie » attire une faune bigarrée : malfrats, artistes ratés, exhibitionnistes, confiés aux bons soins du projectionniste Bonitch et d’un perroquet baptisé Démocratie. Guerres, communisme, dictature – ce drôle de cinéma a survécu aux folies de l’Histoire, jusqu’à cet après-midi de mai 1980, celui de la dernière séance… Avec cette fable savoureuse menée tambour battant, l’Emir Kusturica des lettres serbes signe un portrait cocasse en diable de la nature humaine et de l'(ex-)Yougoslavie

Tous les livres sur NousLisons.fr

Publicités