je sais d elles

Je vous fais découvrir cette semaine un roman « Quelques mots que je sais d’elles » de Pierre Foltran

Un homme sur deux est une femme ! pense Pierre FOLTRAN lorsqu’il entame la rédaction de son deuxième livre avec une volonté de transmettre des réalités sur la condition féminine d’aujourd’hui. Chaque entretien, sous forme de portrait, est retranscrit de la manière la plus vraie et la plus juste possible. Chaque témoignage est enregistré sous anonymat, on y retrouve ces noms : Inès, Libellule, Lilith, Lol, Louise, Marie… qui deviennent des amies, et nous, des confidents. Elles offrent un bout de leur vie à l’auteur et se montrent telles qu’elles se voient. De par leur honnêteté elles ont permis la réalisation de cette surprenante galerie de portraits. Olympe de Gouges tient sa revanche !

Au fil des pages…

Inès, quelques mots que je sais d’elle
Quelquefois, à la tombée du jour
À l’heure, où, entre chiens et loups
Le désir des hommes prend forme
Et que dans leurs yeux s’allume la flamme de la
convoitise
Quand leurs ombres chaudes et furtives
Se glissent dans les rues sombres des villes
Où scintillent les néons de la vanité masculine
Et que le poisseux désir tarifé s’impose dans la
ruelle
L’homme fébrile
Avide
S’engouffre sous le porche blafard de l’antre de
son désir
Et lorgne les proies faciles
Qui l’attendent
Quand par la fenêtre de sa chambre
Le dernier rayon de soleil
Qui juste avant de sombrer à l’horizon
Vient sur son visage
En caresser les traits
La jeune fille, Janus écarlate
Lentement, déploie l’image
Des gestes de la nuit

Qui vient
Celle qui n’est pas belle
Change
Nue devant le miroir de ses désirs
Seule
Elle construit
Attentive
La lente transformation de son âme
Elle dessine
Sur son double visage
La douceur estompée de son teint mat
Elle peint
L’ombre tentatrice du regard de ses yeux sombres
Elle éclaire
D’un plaisir rouge ses lèvres pâles
Elle sème
De paillettes multicolores son corps diaphane
Elle pétrit
En gestes précis, habituels, mille fois répétés
Sa chair si souple aux multiples tentations
Elle prend l’air du temps et se le colle à la peau
Ouvre les portes de son âme
Ploie sous l’écume de ses désirs
Jette loin d’elle son éternel rêve
D’amour

La Quatrième de couverture

Pleins d’ombres et de lumière, de cruautés, d’amour et de sagesse : les douze portraits de Quelques mots que je sais d’elles sont une plongée au coeur de l’âme féminine. Leurs vérités sans apprêt, ni fioriture – quotidiennes, presque banales – nous claquent au visage et nous offrent un regard salutaire sur l’autre. Ces femmes sont d’ici. Dans ces pages elles ouvrent leur coeur, leur âme, expriment leurs joies, leurs peines, leurs convictions ou leurs désirs. Avec leurs mots, leurs émotions et leurs douleurs, leurs craintes mais aussi leur goût de la vie, elles parlent des choses qui les touchent ou qui les ont blessées. Au-delà d’une intransigeante réalité, Pierre FOLTRAN dessine avec tendresse et un amour sincère ces éclats de vie. Ces poussières d’étoiles.

Un mot sur l’auteur : Pierre Foltran qui réside à Saint-Georges sur Cher

Né en 1948 en Moselle, Pierre Foltran est un autodidacte. Après la pratique de nombreux métiers axés sur les ressources humaines et la communication, il vit aujourd’hui en Touraine. Dans son second livre Quelques mots que je sais d’elles il met au coeur de son propos la phrase de Simone de Beauvoir : « On ne naît pas femme : on le devient »

 

Publicités