Retrouvez  les sorties de la semaine en  :

1. Livre de Poche

2. Pocket

3. 10-18

 

…Bonne lecture…

 #LeLivredePoche

  •  Nous sommes Charlie

Face à la tragédie, des voix s’élèvent contre la barbarie qui a voulu mettre à genoux la liberté d’expression. C’est de la volonté de les rassembler en un recueil, que naît, dès le lendemain de l’attaque de Charlie Hebdo, l’idée de cet ouvrage, mêlant textes classiques et textes de 60 écrivains contemporains. La richesse des contributions gracieuses ici réunies témoigne du remarquable élan suscité par ce projet, dont l’intégralité des bénéfices sera reversée à Charlie Hebdo.

Jacques ATTALI – Gwenaëlle AUBRY – BEAUMARCHAIS – Frédéric BEIGBEDER – Laurent BINET -Julien BLANC-GRAS – Évelyne BLOCH DANO – Vincent BROCVIELLE – Noëlle CHATELET – Maxime CHATTAM – Philippe CLAUDEL – André COMTE-SPONVILLE – Gérard de CORTANZE – Delphine COULIN – Charles DANTZIG – Frédérique DEGHELT – Nicolas DELESALLE – DIDEROT – Catherine DUFOUR – Clara DUPONT-MONOD – Jean-Paul ENTHOVEN – Nicolas d’ESTIENNE D’ORVES – Dominique FERNANDEZ – Caroline FOUREST – Jean-Louis FOURNIER – Philippe GRIMBERT – Olivier GUEZ – René GUITTON – Claude HALMOS – Victor HUGO – Fabrice HUMBERT – Guillaume JAN – Jean-Paul JOUARY – Marc LAMBRON – Frédéric LENOIR – Bernard-Henri LÉVY – François-Guillaume LORRAIN – Ian MANOOK – Fabrice MIDAL – Gérard MORDILLAT – Anne NIVAT – Christel NOIR – Véronique OLMI – Christophe ONO-DIT-BIOT – Katherine PANCOL – Bernard PIVOT – Patrick POIVRE D’ARVOR – Romain PUÉRTOLAS – Serge RAFFY – François REYNAERT – Tatiana de ROSNAY – Élisabeth ROUDINESCO – Eric-Emmanuel SCHMITT – Colombe SCHNECK – Antoine SFEIR – Isabelle STIBBE – Émilie de TURCKHEIM – Michaël URAS – Didier VAN CAUWELAERT – VOLTAIRE

#Pocket

  • Un tout petit rien de Camille Ansaume

À tout juste 25 ans, Camille tombe enceinte. Alors que son amant claque la porte, elle décide de garder l’enfant malgré tout.
Loin de se douter des difficultés qui l’attendent, elle entame un parcours du combattant vers la maternité. Faire accepter son choix à ses parents, assimiler les changements de son corps et affronter le regard des autres, entre doutes et peurs, le chemin de cette future mère célibataire s’annonce complexe. Et sans garantie de trouver, au bout du compte, la certitude d’avoir fait ou pas, le bon choix.

  • La femme à 1000° d’Hallgrimur HELGASON

Il ne lui reste plus que quelques semaines à vivre dans un garage de Reykjavik, une cartouche de cigarettes, un ordinateur portable et une grenade nazie – mais elle ne s’est jamais sentie aussi bien. Elle, c’est Herbjörg María Björnsson, 80 ans. Entre le palais présidentiel islandais, la pampa argentine et Berlin bombardé, elle a vécu les pires heures de ce siècle fou, qui la rendit folle elle-même : de rage et d’amour.
Et avant l’incinération a 1 000°, Herra, comme on l’appelle, a quelques mots à vous dire…

  • Murmurer à l’oreille des femmes de Douglas Kennedy

Ce sont des hommes ou des femmes comme les autres, aux vies apparemment bien réglées. Ils ont entre 7 et 60 ans. Ils sont douze dont la vie va basculer doucement ou brutalement dans l’inconnu. Douze histoires qui nous installent avec tendresse, amertume ou nostalgie au coeur d’une quête d’amour, de désirs et du sens de la vie. Illusion ou réalité, ils sont prêts ou non à prendre tous les risques, pour trouver l’amour. Et dévoilent ces histoires qu’on se raconte à longueur de temps et qui pourtant font encore et toujours tourner le monde.

  • Pile entre deux d’Aranud Le Guilcher

 

  • Tels des astres éteints de Léonora Miano

 

  • En route pour Compostelle de Monika Peetz

Depuis quinze ans, Caroline, Judith, Eva, Estelle et Kiki délaissent une fois par mois maris, enfants et carrières pour dîner au restaurant Le Jardin. Un rendez-vous immanquable que Judith menace pourtant d’abandonner : afin de rendre hommage à son mari récemment décédé, elle a décidé d’entamer le pèlerinage vers Saint-Jacques-de-Compostelle. Eh bien, tant pis, on trouvera des restaurants sur la route ! Les cinq amies décident de partir ensemble.
Un voyage riche en émotions qui mettra leur amitié à l’épreuve mais les conduira bien plus loin qu’elles ne l’avaient imaginé…

  • Enfants perdus de Claire Berest

Le malaise des jeunes : mythe ou réalité ? Intriguée par son expérience malheureuse de professeur, Claire Berest part interroger ces policiers de la brigade des mineurs qui, chaque jour, chaque nuit, voient passer des cas de plus en plus alarmants : viols, meurtres, suicides, à des âges de plus en plus précoces.
Internet omniprésent, survalorisation de l’image, incapacité à se projeter dans l’avenir, rapport déconnecté au corps, sexualité nourrie à la pornographie…
Radiographie d’une génération sacrifiée.

  • MALEFICA Tome 1 d’Hervé Gagnon

1639, dans un petit village de France. Catherine, sa fille Anneline et sa petite-fille Jeanne, guérisseuses de génération en génération, affrontent l’obscurantisme de l’Inquisition.
Dans le hameau d’à côté, François, armurier de son état, doit prendre la fuite après sa vendetta sanglante contre le gabeleur qui a assassiné sa famille.
Leurs destins croisés vont les mettre sur la trace d’un énigmatique grimoire qui suscite l’intérêt de l’homme le plus puissant du royaume, le cardinal de Richelieu. Acculés, ils s’engagent dans une course frénétique afin de résoudre un mystère millénaire.

  • Comment braquer une banque sans perdre son dentier de Catharina Ingelman-Sundberg

Ils sont trois femmes, deux hommes : Märtha, Stina, Anna-Greta, le Génie, et le Râteau, chacun 80 ans au compteur. Ils chantent dans la même chorale et dépérissent dans la même maison de retraite à Stockholm. Nourriture insipide, traitement lamentable, restrictions constantes, pas étonnant que les résidents passent l’arme à gauche…
Ils ne vivront pas un jour de plus dans ce mouroir. Un brin rebelles et idéalistes, les cinq comparses décident de se lancer dans le grand banditisme. Avec leurs cheveux blancs et leurs déambulateurs, ils s’apprêtent à commettre le casse du siècle. Mais l’aventure s’emballe et rien ne va se passer comme prévu…

  • En moins bien d’Arnaud le Guilcher

 

  • L’intérieur de la nuit de Léonora Miano

 

  • Les aubes écarlates de Léonora Miano

 

  • Maîtresse de Borgia de Sara Poole

Octobre 1493. Rodrigo Borgia, devenu le pape Alexandre VI, se rend à Viterbe afin d’inspecter les défenses militaires de la ville en vue de la guerre qui se prépare. Francesca, l’empoisonneuse de la famille Borgia, l’y accompagne. Mais, à peine arrivée, la jeune femme apprend qu’un assassin est en route pour Viterbe. Vient-il pour Sa Sainteté ? Pour son fils ? Ou encore pour le neveu du roi d’Espagne ? Francesca ne peut plus faire confiance à personne et devra mobiliser tout son courage afin de déjouer ce complot.

  • Le chocolat qui me fait craquer de Christophe Michalak

Le chocolat chaud, le soufflé pur choc, l’opéra mentholé, la tarte chocolat-framboises, la pâte à tartiner maison…

Des desserts originaux au chocolat noir, au lait et blanc, faciles à réaliser, que Christophe Michalak nous invite à découvrir avec ses notes d’excellence et d’humour.
Quand le meilleur pâtissier du monde s’attaque à la gourmandise préférée des Français, il nous offre 45 recettes à fondre de plaisir…

  • Road tripes de Sébastien Gendron

Rattrapé par la poisse qui lui colle au corps, Vincent monte un jour dans la voiture de Carell, sociopathe bordelais. Pourquoi ? Mystère… Peut-être que distribuer des prospectus publicitaires par 40° C à l’ombre n’est pas l’idée qu’on se fait d’une réussite sociale. Peut-être que brûler ces mêmes prospectus au fond d’une pinède l’est davantage. Surtout si cela permet d’assister au spectacle de dizaines d’hectares qui partent en fumée. Et voler des R16, c’est excitant. Et tout casser sur leur passage, de Bordeaux à Montélimar, quel pied. Une cavale gratuite, intense et foutraque : la vie, la vraie !

« Le polar humoristique et déjanté est un exercice exigeant, qui ne convient pas à toutes les plumes. Sébastien Gendron s’impose comme un Mozart du genre, avec ce Road Tripes furieusement franchouillard. »Philippe Blanchet –Le Figaro Magazine

  • La philosophie selon Bernard de Patrice Jean

Il a suffi d’un mot de Christine, à la cantine. « Oh oui, mais Bernard, c’est un philosophe ! »
Bernard, c’est un banal employé de banque. Bernard, c’est le foot, la blague lourdingue, la libido pour horizon. Mais cette simple phrase de Christine, par la seule grâce de son ravissant postérieur, va tout chambouler. Et voilà Bernard qui se sent pousser des ailes métaphysiques, sur les pas de Socrate et Platon, se rôde au débat d’idées, ferraille avec les intellectuels, devise avec les sages.
Aristote n’a qu’à bien se tenir !

« Roman satirique, humoristique, épidermique, d’un point de vue de la société. Une façon singulière d’entrelacer le tragique et le loufoque. »Ouest France

« Un premier roman épatant, une plume ironique et sûre. »Valeurs Actuelles

  •  Pas mieux d’Arnaud Le Guilcher

 

  • Contours du jour qui vient de Léonora Miano

 

  • La saison de l’ombre de Léonora Miano

Au coeur de la brousse subsaharienne, un grand incendie a ravagé les cases du clan Mulongo. Depuis lors, douze hommes manquent à l’appel – les fils aînés pour la plupart. Pendant que les mères cherchent en songe les réponses à leur chagrin, le Conseil interroge les ancêtres, scrute les mystères de l’ombre : que signifie cette disparition ? Pour le salut de la communauté, le chef Mukano et quelques autres décident de partir à leur recherche en territoire bwele, leurs voisins. Peu d’entre eux atteindront l’océan – par ou les « hommes aux pieds de poules » emportent leurs enfants…

« La voix de Léonora Miano, l’une des plus fortes de sa génération, devrait résonner de Paris à Douala – et voyager bien au-delà. »Catherine Simon –Le Monde

Cet ouvrage a reçu le Prix Femina et le Grand prix du roman métis

  • Martin de la Brochette de Thierry des Ouches

On l’appelle « Boulette ». Ou « P’tit Boudin ». Martin de La Brochette est la honte de sa famille. Chez les La Brochette, on est beau, catholique, surdiplômé ; on passe l’été à Carnac et Pâques à Versailles. Et justement, l’Agneau Pascal approche à petits pas… l’occasion ou jamais pour le grassouillet Martin d’aggraver son cas. Cette année, au café, il a une annonce à faire, une vocation à révéler : « Boulette » veut être boucher. Oui, boucher. Vendre de la côte de boeuf et désosser des porcs. Et épouser la charcutière de ses rêves. Lui laisser la main sur le pâté en croûte et le saucisson en vitrine. Adieu bourgeoisie consternée ! Bienvenus veaux, vaches, cochons et couvées !

« C’est une petite merveille de drôlerie. »Gérard Collard –Les déblogueurs

« Propos acides et humour se côtoient plaisamment. »Anne Bersac –Nord Bretagne

  • La récréation de Frédéric Mitterrand

« Je suis devenu ministre par surprise. C’est sans doute vrai puisque je l’ai entendu dire un peu partout. Enfin, j’ai essayé de faire de mon mieux et j’ai quand même tenu trois ans. Avec le recul, ce qui m’a plu dans cette aventure c’est d’avoir osé sauter dans la cage aux lions. Ce fut à la fois dangereux, excitant et amusant.
J’ai reçu pas mal de coups de griffes mais j’en suis sorti sain et sauf.
J’ai retrouvé ma vie d’avant sans regrets ni amertume pendant qu’ils continuent à s’entredévorer. À condition d’apprécier ce type de sport et d’apprendre à courir plus vite que les grands fauves, ça vaut vraiment le coup d’essayer.
L’existence n’offre pas beaucoup de récréations de ce genre… »
Frédéric Mitterrand

« Léger, un peu goguenard, follement sympathique. Un charme irrésistible se dégage de ce livre. » Jean d’Ormesson, de l’Académie française –Le Figaro

Cet ouvrage a reçu le Prix du Livre politique

  • Heinrich Himmler : d’après sa correspondance avec sa femme de Michael Wildt

Longtemps on a cru que les lettres d’Heinrich Himmler à sa femme Marga, ainsi que d’autres documents appartenant au dignitaire nazi, étaient définitivement perdus. Mais plusieurs décennies après son suicide et la fin de la Seconde Guerre mondiale, les lettres ont été retrouvées. Répondant parfaitement à celles de Marga, et mises en lumière par les commentaires de deux spécialistes, elles constituent une incroyable plongée dans la vie privée de l’une des figures les plus importantes du IIIe Reich. Derrière les conversations d’apparence anodine, derrière la façade petite-bourgeoise du couple, la brutalité et l’insensibilité qui caractérisent le Reichsführer-SS transparaissent en permanence.
Un document exceptionnel

  • Diego Velasquez : physionomie d’un génie d’Emile Michel

C’est en 1894 que la Revue des Deux Mondes publia l’ambitieuse étude sur Diego Velázquez (1599-1660) qui constitue le coeur de ce volume. Profond tout en restant accessible, ce texte condense avec clarté l’essentiel des savoirs de l’époque sur le grand héros du siècle d’or espagnol. Au-delà d’une simple biographie, c’est bien la « physionomie » de Velázquez qu’Émile Michel entend analyser, tout en jugeant primordial de demeurer au plus près des oeuvres et de leur matérialité.
Cette étude se voit ici enrichie d’un second article remontant à 1861, sous la plume de l’archéologue et homme politique français Charles-Ernest Beulé, dans lequel il partage avec franchise et enthousiasme ses impressions sur l’artiste.
Entièrement dédiés au génie de l’auteur des Ménines et à la poétique puissante de ses représentations, ces deux textes marquent les étapes successives de l’installation définitive de Velázquez parmi les maîtres incontournables de la peinture européenne.

« Un seul peintre en Espagne fera dire de lui qu’il a du génie : ce peintre, c’est Velázquez. » Charles-Ernest Beulé

  • Comprendre l’art moderne de Fabrice Midal

#10-18

  •  Une étude en écarlate de Jean d’Aillon

Le 21 mai 1420, la reine de France signait un traité par lequel le roi Charles VI reconnaissait son gendre Henri V d’Angleterre héritier de la couronne de France. Un an plus tard, l’eau d’une fontaine voisine de la porte Saint-Honoré devint rouge et le peuple resta convaincu qu’il s’agissait du signe précurseur de quelque désastre. Au même moment, Edward Holmes, clerc et demi-frère du baron de Roos tué à la bataille de Baugé, est chassé de l’hôtel parisien de son seigneur. Ne pouvant rentrer en Angleterre, Holmes trouve logis chez maître Bonacieux, greffier au Châtelet et zélé partisan bourguignon, ou il partage la chambre de Gower Watson, un archer blessé à la bataille d’Azincourt.

Dans un Paris ou règnent la faim, le froid et la misère, Edward Holmes devra mettre à jour un terrible complot dans lequel les conjurés veulent entraîner son ami Gower Watson.

  • Le dernier mot d’Hanif Kureishi

Écrivain d’origine indienne, Mamoon Azam jouit d’une renommée mondiale. Alors pour Harry Johnson, que l’on a chargé de sa biographie, l’occasion est trop belle ! Auprès de celui qu’il a toujours admiré et de sa nouvelle compagne, une Italienne haute en couleur, Harry se met immédiatement au travail. Mais entre soucis artistiques et commerciaux, célébrité et homme de l’ombre, les coulisses de la création semblent préparer un duel sans merci…

  • Manuel el négro de David Fauquemberg

À Santiago, barrio de Jerez, Andalousie, le flamenco est une tradition, un rêve et un art de vivre. Dans ce mundillo enfiévré, Melchior, guitariste passionné, se lie d’amitié avec Manuel El Negro, le manouche à la voix ensorcelante. Dans l’ombre de la légende, il raconte avec une grâce douloureuse cette épopée bohème ou le chant et l?amour tissent la plus enivrante des partitions. Dans une langue de braise, l’auteur de Mal tiempo signe un conte sublime sur l’âme flamenca et ses nuits lancinantes.

  • True Crime tome 3 de Jake Arnott

 

  • Ambiguïtés d’Elliot Perlman

 

  • Les O’Brien de Peter Behrens

1887, Canada. Élu chef de famille à la mort de son père, le jeune Joe O’Brien rêve de fuite. Parti à la conquête de l’Amérique et de ses chemins de fer, il épouse Iseult, une riche héritière, et établit son clan. Joe veut réussir, mais dans le roulis de l’Histoire – guerres, crise de 1929, mutations –, il ne pourra compter que sur sa soif d’en découdre et sur l’amour des siens… Un homme, une famille, un siècle : avec un formidable talent de conteur, Peter Behrens déploie une épopée moderne ou se révèlent des vies inoubliables.

  • La mémoire est une chienne indocile d’Elliot Perlman

New York, aujourd’hui. Ex-taulard en probation dans un hôpital, Lamont, jeune Noir du Bronx, se lie d’amitié avec un patient, rescapé des camps. Uptown, Adam Zignelik, professeur d’histoire en pleine crise existentielle, exhume un document inédit : les premiers témoignages sonores de survivants de l’Holocauste. Dans le creux de cette mémoire ravivée, leurs destins vont s’entremêler. D’un ghetto à l’autre, dans une myriade de voix et une narration virtuose, ce roman poignant interroge l’Histoire du XX.e.

 

 

 

Tous les livres sur NousLisons.fr

Bibliotheque
Publicités