Retrouvez dans cet article les sorties de la semaine en :

  1. livre de poche
  2. J’ai lu

…Bonne lecture…

#Livredepoche

  • Arizona Tom de Norman Ginzberg

L’affaire la plus marquante de la carrière d’Ocean Miller, shérif d’une bourgade paumée d’Arizona, fut celle de Tom, douze ans, traînant en plein désert un cadavre démembré. Persuadé de l’innocence du gamin, alors que les notables l’avaient déjà condamné, Ocean mettra tout en œuvre pour retrouver la piste des coupables. Mais parviendra-t-il à sauver le petit bonhomme de la potence et à redorer son étoile ternie par son amour du bourbon ? Embuscades, coyotes, saloons où se côtoient culs-terreux, affairistes et putains au grand cœur, Arizona Tom nous plonge, non sans un brin d’ironie, dans le Grand Ouest en pleine conquête. Un roman qui revisite le genre en se jouant des codes du Far West avec malice.

  • C’est le métier qui rentre de Sylvie Testud

Sybille croit aux histoires qui finissent bien. Elle a beau savoir de quelle manière est morte Jeanne d’Arc, quand elle regarde un des films qui lui ont été consacrés, Sybille ne peut s’empêcher d’espérer qu’un pompier vienne la tirer d’affaire. Alors comment imaginer que la réalisation de son propre long métrage va virer au film catastrophe ? Producteurs qui écrivent les scénarios, actrices qui entrent en résistance, agents hystériques, financiers qui ne financent pas. Mais tout va s’arranger, c’est certain. Son enthousiasme aveugle lui donne des ailes. Celles du pigeon que l’on plume ou celles du dindon de la farce ?

  • Déroute de Michael Robotham

Luca Terracini, journaliste, vit à Bagdad, hors du périmètre sécurisé. Il mène une enquête sur une série de braquages meurtriers. Des dizaines de millions de dollars se sont volatilisés alors qu’ils étaient destinés à la reconstruction de l’Irak. Dans sa progression, Luca s’apprête à barrer la route à des agents clandestins de puissantes nations qui s’évertuent à trafiquer la vérité, quel qu’en soit le coût. À Londres, alors qu’il boit un verre dans un pub, l’ancien policier Vincent Ruiz vole au secours d’une jeune femme, Holly Knight. Le lendemain matin, il découvre qu’elle l’a dévalisé. Furieux, il se lance à sa poursuite. Deux aventures, apparemment sans rapport, se télescopent d’une façon aussi déconcertante qu’inattendue dans cet ambitieux roman.

 

  • L’affaire Thomas Quick de Hannes Rastam

Dans les années 1990, Thomas Quick fut reconnu coupable de huit meurtres et en confessa vingt-cinq autres, commis entre 1964 et 1993. On le considéra comme le violeur, cannibale et tueur en série le plus impitoyable de l’histoire scandinave. En 2008, le journaliste Hannes Råstam lui rend visite à l’hôpital psychiatrique où il est interné à vie. Il rassemble ensuite les documents liés à l’enquête, décortique les interviews et les déclarations de Quick, étudie les verdicts, les reconstitutions des crimes. Il découvre alors l’impensable : Thomas Quick est un mythomane, mais pas un criminel. Comment un affabulateur inoffensif peut-il, sans preuves et sans témoins, être accusé et condamné ? Depuis la parution de cet ouvrage, Thomas Quick a été acquitté, puis libéré en 2014.

 

  • La ballade d’Hester Day de Mercedes Heiwen

C’est l’histoire d’une fille qui ne voulait pas aller à son bal de promo, d’un apprenti poète qui l’a épousée pour trouver l’inspiration et d’un petit garçon rondouillard qui, à défaut de devenir cow-boy de l’espace, est ravi de tracer la route en camping-car avec eux. L’équipée sauvage d’Hester Louise Day promet un voyage épique. La famille, même bricolée, ce n’est jamais un long fleuve tranquille, surtout quand on est recherché par la police et le FBI. Quand Jethro, son cousin de 10 ans, s’est invité dans le road trip, Hester n’a pas réfléchi aux conséquences. Ça ne la dérange pas d’être rattrapée, seulement, pas tout de suite, pas trop vite…

  • La blonde en béton de Michael Connelly


« Légitime défense », a conclu le tribunal chargé de juger l’inspecteur des vols et homicides Harry Bosh qui, quatre ans plus tôt, a abattu Norman Church. Bosh en est certain, c’était bien Church le tueur en série qui s’en prenait aux blondes et les maquillait avant de les assassiner. Pourtant, à peine est-il disculpé qu’on retrouve le cadavre d’une femme sous le sol en béton d’un immeuble. Blonde, maquillée et étranglée suivant le même modus operandi. Bosh a-t-il tué un innocent, ainsi que l’affirme sa veuve. Dans une Los Angeles où la police est déjà fortement soupçonnée de corruption, Bosch n’a pas besoin qu’on la taxe en plus d’incompétence. Il va devoir très rapidement retrouver le vrai coupable s’il ne veut pas y perdre et sa réputation et son travail.

 

  • Le testament des abeilles de Natacha Calestreme

Tueries imprévisibles, décès inexplicables… une vague de morts étranges terrorise Paris, qui en quelques jours devient la scène d’une véritable hécatombe. Même des enfants trouvent la mort. Aucun lien apparent entre ces drames, sauf le dessin d’une fleur de lotus, symbole de pureté, retrouvé chaque fois à proximité des lieux. Secte, terrorisme, actes sadiques ? Rien ne semble coller… Jusqu’à ce que le major Yoann Clivel découvre le texte prophétique d’un certain « Moine aux abeilles », annonçant, quatre ans plus tôt, l’arrivée d’un élu : « L’année 1 du deuxième millénaire, l’enfant éclairé de réponses croisera l’ombre, en une folie meurtrière. » Ces écrits énigmatiques serviraient-il de fil conducteur à un hypothétique assassin ?

  • Œuvres tome 1 de Bergson

Bergson a connu une carrière à la fois brillante et traditionnelle : ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé de philosophie, il devient professeur de lycée et soutient sa thèse, Essai sur les données immédiates de la conscience, en 1889. Maître de conférence à l’École normale supérieure en 1898, il est élu deux plus tard au Collège de France où ses cours vont attirer un auditoire considérable. En 1907, après la parution de L’Évolution Créatrice, sa réputation devient une gloire mondiale ; on parle de bergsonisme comme on a pu parler de cartésianisme ou de kantisme, plusieurs ouvrages d’importance lui sont consacrés, et la hauteur de sa pensée comme le brio de son écriture lui velent d’être élu à l’Académie française en 1914 et de recevoir en 1928 le prix Nobel de littérature. À partir de la découverte de la durée, un nouveau spiritualisme philosophique se met en place dans son œuvre, appuyé sur l’étude critique des sciences, mais aussi lié à une conscience animée d’un élan vital, et l’intuition va devenir un thème majeur de la doctrine de Bergson qui s’attache à fonder un pragmatisme moderne et une doctrine d’élévation de l’âme. Et cependant sa philosophie suscite des hostilités : son spiritualisme lui vaut d’être taxé d’irrationalisme, sa philosophie de la vie est critiquée par les catholiques, et sa conception du temps par Einstein. Après sa mort, il arrive qu’on voit en Bergson un philosophe académique dont il convient de se détourner, et sa pensée, pour une part passée dans le domaine commun, perd sa force incisive : c’est précisément elle qu’il convient de retrouver pour une lecture renouvelée de son œuvre.

  • Un puits dans les étoiles de Robert Reed

Le Grand Vaisseau, aussi vaste que Jupiter, a longtemps voyagé autour de notre galaxie, abritant dans ses flancs immenses des milliards d’êtres vivants qui cohabitaient harmonieusement sous la férule de milliers de capitaines quasi immortels. Mais cette époque est désormais révolue. Après avoir survécu in extremis à la révolte d’une partie de ses passagers, l’immense carcasse a changé de direction et cherche à panser ses plaies. Elle fonce désormais vers une gigantesque région de l’espace où les étoiles sont si rares que le ciel est aussi sombre que de l’encre. C’est un voyage sans retour. Pendant que les capitaines s’efforcent de réparer la coque, le navire s’enfonce peu à peu dans la noirceur. Là, dans ce vide étrange, se cache la plus grande menace que le Vaisseau ait jamais affrontée. Car la vie peut prendre des formes inattendues, et l’entité mystérieuse qui veille au fond du puits a appris à être patiente.

  • Une saison de nuits de Joan Didion

Lily Knight et Everett McClellan, héritiers d’une longue lignée de pionniers californiens, forment un couple qui, à l’aube des années 1960, voit s’écrouler son empire sous le poids accumulé des faux-semblants, des non-dits et des trahisons. Le récit démarre par un coup de feu, dont la détonation propulse le lecteur vingt ans en arrière, aux origines de ce lent effondrement. Armée d’un lyrisme puissant et teinté d’ironie, Joan Didion tord le cou aux clichés romanesques pour dresser en visionnaire le tableau d’une Amérique à bout de rêves, entrée dans une saison crépusculaire dont elle ne ressortira plus. Le premier roman, paru en 1963, de Joan Didion, l’auteur de L’Année de la pensée magique et du Bleu de la nuit.

  • Windows on the world de Frédéric Beigbeder

« Vous connaissez la fin : tout le monde meurt. Certes la mort arrive à pas mal de gens, un jour ou l’autre. L’originalité de cette histoire, c’est qu’ils vont tous mourir en même temps et au même endroit. La plupart des clients du Windows on the World ne se connaissent pas entre eux. Dans un instant, le temps deviendra élastique. Tous ces gens feront enfin connaissance. Dans un instant, ils seront tous unis dans la Fin du Monde. » Le seul moyen de savoir ce qui s’est passé dans le restaurant situé au 107e étage de la tour nord du World Trade Center, le 11 septembre 2001, entre 8 h 30 et 10 h 29, c’est de l’inventer. F. B.

 

#J’aiLu

  • Cent ans c’est passé si vite… de Gisèle Casadesus et Eric Denimal

La doyenne des comédiens français, âgée de 100 ans, évoque son parcours au théâtre et au cinéma, mais également les bouleversements sociétaux et technologiques qu’elle a pu observer, les deux guerres mondiales qu’elle a traversées, etc

  • Le virage de Wayne W. Dyer

Afin de donner du sens à sa vie, ce document propose de se libérer des conditionnements, de ne pas chercher la performance à tout prix et de s’ouvrir au partage.

  • Khadija de Marek Halter

Après la mort de son époux, Khadija doit se remarier pour conserver sa place au sein de la communauté des riches marchands de La Mecque. A 37 ans, elle tombe amoureuse de Muhammad ibn Abdallâh, de douze ans son cadet. Lorsque le jeune homme perçoit les paroles divines, il croit devenir fou et sa femme est la seule à l’encourager. Selon elle, Mahomet doit accomplir sa mission spirituelle

  • ABC de la cartomancie de Giovanni Scuito

Une méthode pour apprendre à tirer les 52 cartes traditionnelles de la cartomancie, afin de découvrir de quoi sera fait l’avenir en ce qui concerne l’amour, l’argent, le bonheur, la passion, la réussite, etc

  • ABC de la numérologie de Jean-Daniel Fermier

Des conseils pour apprendre à lire l’avenir dans les nombres, en découvrant les cycles et les vibrations favorables pour trouver le moment opportun, prendre une décision importante, affronter les difficultés de la vie, etc

 

 

Tous les livres sur NousLisons.fr

Publicités