41whwKeEyQL._AA160_

Ce qu’il raconte…

Condamnée à vivre dans un garage avec pour seule compagnie son ordinateur portable, une provision de cigarettes et une grenade datant de la fin de la Seconde Guerre mondiale, une octogénaire islandaise atteinte d’un cancer en phase terminale revient sur sa vie en attendant la mort. Car Herra, comme on l’appelle, a beaucoup de choses à raconter. Petite-fille du premier président d’Islande, fille d’une paysanne et du seul nazi islandais avéré, elle a, au fil de son existence mouvementée, vécu la guerre et l’exil, connu beaucoup d’hommes, parfois célèbres, et vu la mort, de bien trop près. Avant de s’envoyer en l’air pour de bon, elle passe en revue son passé et celui de son pays, l’occasion pour elle de régler au passage quelques comptes.
Dans ce roman inclassable et truculent qui, à la manière d’un collage, alterne humour, cynisme, tendresse, absurde, poésie et noirceur, Hallgrímur Helgason fait preuve d’une inventivité linguistique époustouflante. La Femme à 1000° navigue entre légèreté et profondeur au gré du récité de l’irrévérencieuse Herra, dont l’histoire est à l’image de celle de l’Islande, sa patrie, et de celle de l’Europe: mouvementée, sanglante et tragique

 

Mon avis sur tout… ou presque tout…

Déception, je ne l’ai même pas fini… Il compte plus de 600 pages et je me suis arrêtée à 300 et quelques… Je me suis ennuyée, c’est long, long, long. On s’y perd dans les noms compliqués. Stop !

 

 

Tous les livres sur NousLisons.fr

Publicités